Philosopher avec les enfants: la question des méthodes

Lié sur nos blogs avec Faire philosopher les enfants, avec PHILO – ACTION, POUR PENSER ET CHANGER L’ECOLE, avec Apprentissage du philosopher, et avec Philosophy and children.

Publié dans Le Café pédagogique.net, par Jeanne-Claire Fumet, le dimanche 22 novembre 2009.

Après la présentation des différentes méthodes sous forme d’ateliers pratiques, ce moment de confrontation, dirigé par Catherine Halpern de la Revue Sciences Humaines, a permis de formuler les divergences des modèles pédagogiques … //

(suit la présentation de quatre méthodes: celle selon Lipman, ou Tozzi, ou Brénifier, ou Lévine). 

… Au regard de ses homologues, la méthode Lévine est considérée comme moins philosophique, davantage comme une manière d’habiter l’idée que d’acquérir une méthodologie de la pensée. Au contraire, la méthode Brénifier paraît bien sévère à ses consœurs ; Michel Tozzi la qualifie  avec humour de « socratisme cynique ». Isabelle million rappelle alors la nécessité de faire preuve de rigueur et souligne que la méthode Lipman ne parvient pas toujours à appliquer ses propres exigences discursives, tandis que celle de Brénifier apporte de réels outils de pensée.

Les divergences peuvent se rapporter au degré plus ou moins fort de « guidance », mais les disparités d’objectifs et de manières sont reconnus comme réels et significatifs. (voir le texte entier).

A voir aussi sur le même site:

Les Nouvelles Pratiques Philosophiques sur la voie de la maturité;

La philosophie dans la cité : des voies inattendues;

Les méthodes en pratique;

Séance plénière de clôture des Rencontres;

Lien externe: Des discussions philosophiques pour enfants en Zone d’Education Prioritaire – demandez le texte à l’auteur par e-mail.

Comments are closed.