LA QUESTION DE LA VIOLENCE ET DE LA DISCRIMINATION

la commission de la condition de la femme s’appuie sur le témoignage de trois jeunes pour s’attaquer à la question de la violence et de la discrimination

Publié sur UN /Conseil économique et social /Commission de la condition de la femme, 8e séance – matin, FEM/1845, le 25 février 2011.

… Après une première semaine de débats et le lancement officiel hier soir de la nouvelle entité composite, ONU-Femmes, la Commission de la condition de la femme a organisé ce matin une table ronde centrée sur les discriminations et les violences à l’égard des filles. Elle a entendu Ika l’Indonésienne, Ya Marie la Sierra-Léonaise et Lil Shira la Camerounaise, trois lycéennes, membres de l’organisation non gouvernementale (ONG) Plan International qui ont livré des témoignages concrets de cette violence. 

La Commission a ensuite examiné l’état de mise en œuvre de ses conclusions concertées de 2007, sur la lutte contre toute forme de violence à l’égard des filles. Les intervenants ont expliqué ce qui était fait dans leurs pays, aux niveaux de la prévention, de la répression des auteurs de violence et de la protection des victimes.

Auparavant, Saad Houry, Directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), avait présenté certains des progrès accomplis aux niveaux national et international, citant notamment la reconnaissance en 2008 par le Conseil de sécurité des violences sexuelles en tant que tactique de guerre. Il a cependant appelé à davantage d’efforts pour supprimer la violence à l’égard des femmes, notamment en punissant plus systématiquement les auteurs de harcèlement sexuel et de violence.

Les délégations ont expliqué leurs progrès législatifs, leurs services d’accompagnement des victimes, en particulier au sein de la police, et les mesures prises pour sensibiliser la population à ces questions, notamment par la voie des médias et dans l’enseignement.

En conclusion au débat, Lil Shira, la jeune lycéenne camerounaise, a pressé les délégations d’élever leur voix pour mieux informer le grand public de ce qui se fait à la Commission de la condition de la femme.

La prochaine réunion publique de la Commission aura lieu lundi 28 février, à partir de 10 heures. Elle sera consacrée à la suite du débat général.

Table ronde d’experts: présentations et dialogue interactif sur le thème:

Évaluation des progrès réalisés dans l’application des conclusions concertées relatives à l’élimination de toutes les formes de violence et de discrimination à l’égard des jeunes filles … (long texte entier).

Comments are closed.