Mutilations génitales féminines au Togo: Le taux de prévalence estimé entre 6 à 7%

Publié dans Savoir News, par Edem Etonam EKUE, le 28 Mai 2011.

… On dénombre au Togo, sept Ongs de lutte contre les MGF dont “Tama’de” (dans la région Centrale), “Kaalnpaag” (région des Savanes) et “Odjougbo” (dans la région des Plateaux).

Les régions les plus touchées par ces mutilations sont celles des Plateaux, la région centrale, de la Kara et des Savanes. Un vaste projet baptisé “Libération”, financé par l’Ong allemande “Intact” a permis à ces structures nationales de lutte contre les mutilations de mener une série d’actions sur le terrain. 

“Intact” est une association créée en 1996 avec pour objectif l’éradication de la pratique des mutilations génitales féminines. En Allemagne, cette Association procède à une collecte de fonds résultant des cotisations de ses membres et de dons pour appuyer les associations partenaires.

Le projet “Libération” qui a démarré depuis 2008, a permis de former un certain nombre d’animateurs qui ont, à leur tour procédé à des sensibilisations dans les zones les plus touchées par ce phénomène. Ces campagnes ont porté leurs fruits, selon des responsables de ces Ongs.

Environ 1.100 villages ont été sillonnés et plus de 41.000 ménages sensibilisés.

Quelque 632 exciseuses ont, à l’issue de cette Campagne, déposé leurs couteaux. Elles ont ensuite bénéficié de subventions pour mener des activités génératrices de revenus … (texte entier).

Comments are closed.