La Cnscpe prône le respect obligatoire des droits de l’enfant

Publié dans La Nouvelle Tribune.info, par Christian Tchanou, le 2 juin 2011.

… De prime abord, la Cnscpe (Cellule Nationale de Suivi et de Coordination pour la Protection de l’Enfant au Bénin) a tenu à saluer les dernières mesures relatives  à l’adoption de la Charte sur la protection et à la lutte contre le travail des enfants au Bénin, tout en constatant et en déplorant les nombreux cas d’exploitation des enfants  au travail, particulièrement dans les pires formes de travail au Bénin. La  Cellule, poursuit Boglo, encourage de ce fait, les familles et communautés à dénoncer:

  • la maltraitance,
  • le mariage forcé ou précoce,
  • les mutilations génitales féminines,
  • le viol
  • et les enlèvements,

dont sont souvent victimes les filles. Elle félicite aussi, et ceci de manière générale, les forces de l’ordre pour les actions menées en faveur des enfants tout en fustigeant la tendance à classer certaines affaires à leur niveau sans les porter à la connaissance de leur hiérarchie. Sur le même ton, la Cnscpe dénonce le silence coupable des communautés informées ou impliquées dans les pratiques d’infanticide rituel ou autres ; et s’insurge également sur les jugements prononcés au niveau de certaines juridictions où les peines infligées aux auteurs de violation des droits de l’enfant sont parfois disproportionnelles (trop légères) par rapport à la gravité des infractions commises sur les enfants.

La pléthore des enfants en prison  est aussi une préoccupation majeure au niveau de cette cellule qui  souhaite que les conditions d’incarcération à eux soumises soient améliorées. Elle exige notamment  la séparation des mineurs des adultes  dans le milieu carcéral, mais se dit satisfaite  de la nomination récente au Bénin de neuf (09) juges pour mineurs, plaidant pour le renforcement de leur capacité.

Appel à toute la population:

Dans la déclaration lue hier à la presse, la Cnscpe n’a pas manqué  d’inviter  toute la population à promouvoir les principes de  la Convention des droits de l’enfant: la non discrimination de l’enfant, la participation de l’enfant, l’intérêt supérieur de l’enfant, la survie et le développement de l’enfant. Une justice équitable pour tous les enfants ; oeuvrer pour la tolérance zéro à toutes les formes de violences et pratique néfastes exercées sur les enfants, sont également d’autres doléances que formule la Cellule. Elle plaide par ailleurs pour que les décideurs politiques accordent une priorité à la protection de l’enfant et que  des moyens substantiels soient alloués aux acteurs y compris les organisations de la société civile. La Cnscpe invite cette dernière à jouer pleinement son rôle d’accompagnement, de dénonciation, de plaidoyer et de lobbying pour le respect des droits de l’enfant. Aux différents acteurs sociaux, elle leur rappelle leurs obligations pour la promotion d’une enfance épanouie, gage d’une société de paix et de développement. La cellule plaide par ailleurs pour que  les familles et communautés soient soutenues à travers la promotion d’un environnement économique, social et culturel favorable au respect des droits de l’enfant et à son épanouissement … (texte entier).

Comments are closed.