Mutilations sexuelles féminines MGF

connaissances, pratiques et déterminants de l’abord du thème en consultation chez les étudiants en médecine générale – Publié dans La Revue du Praticien.fr, par S. Cheniour Bibi, G. Ibanez, G. Lazimi, A.-M. Magnier, le 25 Octobre 2011.

en français – RESUME:

  • Introduction: Les mutilations sexuelles féminines (MSF) consistent en l’ablation partielle ou totale des organes génitaux féminins à des fins non thérapeutiques. Cette coutume ancestrale était répandue en Afrique et en Asie. Cependant avec les flux migratoires, les praticiens des pays occidentaux sont aussi confrontés à l’excision féminine qui touche 100 à 140 millions de femmes et de fillettes dans le monde. En France en 2004, 53 000 personnes étaient concernées dont 19 000 en Ile-de-France … // 
  • … Résultats : Deux tiers des 303 répondants n’avaient aucune connaissance théorique sur ce thème, l’expérience clinique était faible et la plupart étaient réticents au signalement administratif et judiciaire. Peu envisageaient l’abord du sujet en consultation. Les freins au projet d’abord étaient d’ordres techniques, relationnels et éthiques.
  • Discussion : Cette enquête est l’une des rares à avoir explorée le projet d’abord du thème des MSF auprès des étudiants. Les déterminants de l’abord futur ont concordé avec les données publiées dans la littérature auprès des autres professionnels de santé et relèvent des différents champs de compétences de l’exercice médical.

in english – ABSTRACT: … //

… (lire le long texte et les graphiques – en français et en entier).

Liens:

Abandon des mutilations génitales féminines MGF, publié dans 2.GTZ.de, 12 pages pdf;

Les mutilations génitales féminines MGF, de la compréhension aux interventions, publié dans Ni Putes ni soumises /Belgie, le 22 octobre 2011: Selon les estimations de l’OMS, entre 130 et 140 millions de femmes ont subi une forme de mutilation génitale et 3 millions de filles sont exposées à des mutilations génitales chaque année. Par ailleurs, une étude récente estime que plus de 8.000 femmes et filles excisées ou « à risque » résident en Belgique (Dubourg et Richard 2010). Les mutilations génitales féminines recouvrent un en- semble de pratiques aboutissant à l’ablation partielle ou totale ou à l’altération des organes génitaux fémi- nins externes pour des raisons non médicales. Les muti- lations génitales sont généralement pratiquées sur les petites filles, mais aussi parfois sur des femmes sur le point de se marier, ou qui viennent d’accoucher …

Comments are closed.