MGF: Conférence le 8 février 2012

MESURER LES CONSEQUENCES DES MUTILATIONS GENITALES FEMININES SUR LA SANTE DANS UN CONTEXTE DE SOINS EUROPEENConférence le 8 février 2012, 17.30-19.30 h, par Armelle Andro; Lieu: IDUP, 90 rue de Tolbiac, 75013 Paris, 18ème étage (ascenseur rouge), salle C1809. – Publié dans Démo Pro, le 20 janvier 2012.

  • … Contexte: Depuis la fin des années 90, plusieurs études de l’OMS décrivent les conséquences des mutilations génitales féminines (MGF) sur la santé des femmes. Avec l’augmentation des flux migratoires, la problématique des MGF déborde aujourd’hui largement le contexte sanitaire des pays où elles se pratiquent traditionnellement. A priori plus favorable, la situation sanitaire des pays d’accueil se caractérise toutefois par la méconnaissance des risques à prendre en charge. Dans cette présentation, nous présentons les résultats de l’enquête « Excision et handicap » (ExH) visant à mesurer les conséquences des MGF sur la santé de femmes résidant en France … //
  • … Résultats: Les femmes excisées déclarent significativement plus souvent des infections gynéco-urinaires, des maux de têtes et douleurs intenses, de fatigue et de gênes dans la vie quotidienne, dans la sexualité ou lors des accouchements. Toutes choses égales par ailleurs, les liens entre troubles de santé et excision se maintiennent, voire se renforcent pour les troubles du sommeil et la mauvaise santé perçue. Les troubles de santé varient selon le type de MFG.
  • Conclusion: Même dans un contexte sanitaire favorable, les MGF ont des conséquences de long terme dans des domaines tels que la douleur, le mal être et la sexualité, peu abordés dans les études ou lors de consultations médicales. Ces résultats confirment le besoin de vigilance vis-à-vis de la santé des femmes ayant subi de MGF et de recommandations auprès des médecins dans les pays européens où elles résident.

(le texte en entier).

.

Comments are closed.