MINARETS EN SUISSE – LE CHOC D’UNE VOTATION

Publié sur CAP Droits de l’Homme, Décembre 2009.

Personne ne s’y attendait, y compris les auteurs de l’initiative! Quoi qu’il en soit, les résultats du vote sur les minarets du 29 novembre 2009 continuent de soulever d’intéressantes interrogations.

La force d’une image mentale: Pourquoi les Suisses, qui depuis les années 70 refusent toutes les initiatives xénophobes, ont-ils cette fois dit oui ? La simple image d’un muezzin perturbant leur tranquillité a suffit pour les mobiliser …

Les faits: … //  

… Dans notre pays, 90% des musulmans ne viennent pas de pays arabes, mais pour la plupart de l’ex-Yougoslavie et de la Turquie. De plus, une bonne partie d’entre eux ne sont pas pratiquants.

Ce qui crée cette confusion est le fait que leurs porte-paroles les plus médiatisés sont de culture arabe. Une des conséquences de ce vote est que les communautés non arabes ressentent maintenant le besoin d’avoir leurs propres représentants, voire de créer une fédération d’associations musulmanes.

Depuis 2007, l’importance de l’Islam précède celle du Christianisme dans le monde. Et contrairement aux idées reçues, les Arabes ne représentent que 20% des musulmans. L’Indonésie en a la plus grande concentration, suivie par le Pakistan, le Bangladesh, l’Irak, l’Iran et le Nigeria.

Des retombées inattendues:

Si ce vote écorne quelque peu la réputation de neutralité et de respect des Droits de l’homme de la Suisse, il débouche aussi sur une meilleure communication entre musulmans et non musulmans. Mieux, il stimule en eux le désir de se montrer sous un jour différent des clichés véhiculés par les média. Une fois de plus, on peut voir que les problèmes de communication se résolvent par davantage de dialogue. Ce qui sera très certainement le cas à propos des problèmes de l’Islam en Suisse.
Editeurs CAP Droits de l’Homme. (texte entier).

(Liste des articles).

Comments are closed.