Je suis une femme indigène, mais je ne pratique pas la MGF

Publié dans MDGIF, par Google-Alerte du 8 mars 2012.

La première alerte a été sonnée en 2007, lorsqu’une nouveau-née indienne est morte au cours d’une procédure traditionnelle d’excision du clitoris. Un agent des autorités locales a alerté les médias nationaux, et la Colombie a rejoint les rangs des pays connus pour pratiquer la mutilation génitale féminine (MGF).  

Ce que des générations d’Embera Chami appellent « le remède » cache en fait une réalité pénible que beaucoup pensent n’exister exclusivement que dans certains pays d’Afrique et d’Asie du Sud-Est. Bien que de nombreux Embera considèrent la MGF comme une forme de purification et de nettoyage, la signification culturelle de la mutilation génitale féminine est peu claire, même parmi les nombreuses personnes qui la pratiquent.

« Personne ne sait véritablement, pas même les sages-femmes ! » s’exclame Martín Siagama, un leader local et membre du conseil régional indigène de Risaralda (CRIRES) qui avait pris l’initiative d’entreprendre un long travail d’auto examen et de réflexion sur cette coutume parmi la communauté Embera.

La mort du bébé a entraîné la création du mouvement «Embera Wera » (les femmes Embera). Ce dernier, avec l’appui du Fonds-OMD, a pour objectif de lutter pour transformer la pratique de la MGF au sein de la communauté elle-même, et lui trouver une alternative susceptible de remplacer la signification de cette pratique dans la culture Embera sans aucun risque pour la santé des petites filles.

Selon Siagama du CRIRES, les recherches de la communauté Embera ont montré que cette pratique n’était pas traditionnellement indienne, mais avait été apportée par les Européens il y a plus de 500 ans. Rien que pour cela, dit Siagame, il faut y mettre fin.

Le mois passé, le congrès du peuple Embera a ratifié une décision de la communauté bannissant la MGF dans l’ensemble du département occidental de Risaralda en imposant des amendes et des sanctions à ceux qui la pratiquent … //

… Pour de nombreuses femmes indigènes, la campagne «Ember Wera » de Colombie a marqué une étape importante dans leur autonomisation. « Nous avons pu sensibiliser de nombreuses femmes et leur parler de choses dont on ne discutait pas auparavant. Aujourd’hui, les femmes ont un mot à dire en ce qui concerne leur vie, nous n’avons plus peur de parler. Nous recevons des formations et nous en apprenons de plus en plus sur les droits de la femme, déclare Solany Zapata, une autre femme Embera Chami, qui dit non à la MGF. (le texte en entier).

Links:

MDGIF: Accueil; do./Homepage; do./en espanol;

le F-OMD en Colombie;

d’autres expériences réussies du F-OMD.

SENEGAL-UE-SOCIETE: Egalité homme-femme: lancement d’un appel à propositions de 850 millions de francs CFA, le 7 mars 2012.

L’interdiction universelle des mutilations génitales féminines est un objectif à portée de main, dans le soir.be, le 7 mars 2012.

Comments are closed.