FORUM DES CULTURES: Chanter contre l’excision

Publié dans DW, par Guylaine Tappaz, le 30 juillet 2012.

Djatou Touré a été victime de mutilations génitales. Désormais, la chanteuse ivoirienne en parle… dans ses chansons. On estime qu’environ 36 % des femmes en Côte d’Ivoire sont touchées. Y’a un grand regret, on ne peut pas punir tous ceux qui ont fait ça. On a toujours ça dans le cœur. C’est pour cela que je suis engagée, pour que ça s’arrête en fait.

« Ça », ce sont les mutilations génitales féminines que subissent chaque année trois millions de petites filles dans le monde.

Djatou Touré sait de quoi elle parle. Elle a été elle-même excisée. Désormais, elle en parle, dans ses chansons.

Née en 1973 à Abidjan, elle découvre très jeune qu’elle a une voix. Il faut dire que chez les Touré, la musique est une histoire de famille : son père Souleymane Touré est percussionniste … //

… Et c’est seulement depuis qu’elle vit à Berlin que Djatou Touré a trouvé le courage de dire : oui, je suis excisée. Depuis, elle s’engage contre cette pratique. Elle témoigne dans ses chansons et participe à des campagnes contre les mutilations génitales féminines. Cette pratique perdure dans son pays natal, la Côte d’Ivoire, malgré l’interdiction votée en 1998.
(le texte en entier).

Links:

La Secrétaire d’Etat américaine chargée de la Population, des Réfugiés et de la Migration salue les actions de Chantal COMPAORE en faveur des droits des femmes et des enfants, on Burkina Faso, July 31, 2012;

Même thème on FasoZine: Droits des femmes et des enfants – Anne Richard salue les actions de Chantal Compaoré, le 31 JUILLET 2012;

Même thème comme 2 page PDF text;

Pétition (Actuellement, il n’existe pas de loi fédérale sur les mutilations génitales féminines au Nigeria): DITES NON – tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard les femmes (BAN MGF au Nigéria), parrainé par CAGeM, le 12 juillet 2012.

Comments are closed.