Mutilations Génitales Féminines – au Nigéria et ailleurs

Nigéria: Information indiquant si des parents peuvent refuser que leur fille subisse une mutilation des organes génitaux; protection offerte à l’enfant – Publié dans UNHCR.org, par la Commission de l’immigration  et du statut de réfugié du Canada, le 21 novembre 2012.

  • … 2. Information indiquant si des parents peuvent refuser que leur fille subisse une mutilation des organes génitaux:
    Plusieurs sources ont souligné que les parents peuvent refuser que leur fille subisse une mutilation des organes génitaux (CWSI 5 nov. 2012; Okeke 7 nov. 2012; Women’s Rights Watch Nigeria 5 nov. 2012). La coordonnatrice de projet de Women’s Rights Watch Nigeria a affirmé que les parents, puisqu’ils jouent un rôle prépondérant dans la prise de telles décisions, sont libres de refuser que leur fille subisse cette mutilation (ibid.). La représentante du CWSI a abondé dans le même sens en déclarant que [traduction] « personne n’entrera dans la maison de quelqu’un d’autre » pour procéder à la mutilation des organes génitaux des filles qui y habitent, et que « les parents sont libres de refuser » (5 nov. 2012). Uju Peace Okeke a elle aussi souligné que les parents peuvent refuser que leur fille subisse ce traitement, tout particulièrement dans les cas où les deux parents sont d’accord (Okeke 7 nov. 2012). Elle a toutefois fait remarquer que, dans les cas où la mère ne partage pas l’avis du père et de la famille de celui-ci et ne souhaite pas voir les organes génitaux de sa fille mutilés, ces derniers procéderont à la mutilation en l’absence de la mère ou [traduction] « l’intimideront afin qu’elle cède et les laisse faire » (ibid.). Selon la représentante du CWSI, la responsabilité de cette pratique incombe aux parents et, [traduction] « dans la plupart des cas », c’est la mère elle-même qui demande aux « sages-femmes traditionnelles » de procéder à la mutilation des organes génitaux de sa fille (CWSI 5 nov. 2012). Elle a également expliqué qu’il est [traduction] « pratique courante » que la volonté de la grand-mère ait préséance dans le cas de jeunes couples analphabètes; c’est alors la grand-mère qui exige la mutilation des organes génitaux de sa petite-fille (ibid.). Uju Peace Okeke a ajouté que la pratique des mutilations génitales féminines dépend du niveau d’instruction et de la situation économique de la famille, et que les familles mieux nanties dont les membres sont plus instruits sont moins enclines à l’adopter (7 nov. 2012).
  • 3. Protection offerte par l’État 3.1 Lois:
    Dans les Country Reports on Human Rights Practices for 2011 sur le Nigéria, préparés par le Département d’État des États-Unis, il est écrit que, même si le gouvernement fédéral s’oppose, sur la scène publique, aux mutilations génitales féminines, il n’a pas pris de [traduction] « mesures légales pour juguler cette pratique » (É.-U. 24 mai 2012, 45). Des sources affirment que le Nigéria ne dispose d’aucune loi fédérale qui criminalise ces mutilations, bien que certains États aient promulgué des mesures législatives à cette fin (Okeke 7 nov. 2012; Leadership 28 févr. 2011). Dans un article paru à la fin de février 2011 dans Leadership, un journal d’Abuja, on attire l’attention sur le fait que 11 États ont adopté des lois interdisant les mutilations génitales féminines, soit les États d’Edo, de Bayelsa, de Cross River, de Rivers, d’Ebonyi, de Delta, d’Ogun, d’Osun, d’Ondo, d’Ekiti et d’Oyo (ibid.). Par ailleurs, il est écrit dans les Country Reports 2011 des États-Unis que 12 États ont interdit les mutilations génitales féminines (É.-U. 24 mai 2012, 45). On peut également y lire qu’il est criminel d’enlever quelque partie que ce soit d’un organe sexuel de la femme, et qu’un délinquant primaire est passible d’une amende de 50 000 naira (308 $ US) ou d’un emprisonnement d’un an, ou encore des deux; la peine est doublée en cas de récidive (ibid.). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun autre renseignement sur les mesures législatives.
  • 3.2 Efficacité: … //

… (le texte en entier, référencs et autres sources consultées).

Liens pour d’autres articles concernant les MGF:

Comments are closed.