Saint-Denis/(France): ici, les chirurgiens réparent l’excision

A l’hôpital De la fontaine de Saint-Denis, un service opère les femmes victimes de mutilations sexuelles. C’est le seul du 93 – Publié dans Le Parisien.fr, par Claire Guédon, le 7 février 2013.

Je n’aime pas du tout en parler. C’est comme si je me mettais à nu. Mais je le fais pour aider d’autres femmes, pour qu’elles ne soient pas seules. C’est la bataille de ma génération. » Fatima*, 38 ans, d’origine sénégalaise, a été excisée à l’âge de 12 ans et réparée par la chirurgie il y a trois ans. Cette habitante de Seine-Saint-Denis a choisi de mettre son histoire personnelle douloureuse au service des futures patientes de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis.  

La maternité lance cette semaine une unité dédiée à la réparation chirurgicale des mutilations sexuelles féminines. Fatima est prête à accompagner celles qui entameront les démarches. « Moi, je voulais me sentir femme », confie-t-elle pour expliquer sa décision de se faire opérer. Delafontaine est aujourd’hui le seul établissement dans le département à proposer une prise en charge spécifique.

Médecins-gynécologues, chirurgiens, sages-femmes, sexologues, psychologues et assistantes sociales forment l’équipe qui entourera les excisées. Car la réparation ne résume pas à un geste médical. « C’est leur reconnaître le statut de victimes. Ça leur donne le droit d’en parler et cela n’aboutit pas systématiquement à l’opération », souligne le docteur Ghada Hatem, chef du service gynécologie-obstétrique, à l’origine du projet à l’hôpital de Saint-Denis. Un groupe de paroles sera d’ailleurs mis en place à la maternité.

Le sujet est particulièrement délicat à évoquer. Même le graphisme des flyers destinés à présenter la nouvelle unité médicale n’a pas été facile à réaliser. Il s’agit de trouver les mots justes pour encourager les femmes à se confier:

  • Faire le premier pas, c’est être capable de s’opposer à la tradition. C’est un acte militant, relève le docteur Hatem.
  • Nous avons réalisé 3700 accouchements l’an dernier. On constate que 30% des futures mamans sont excisées. C’est énorme, ajoute Kenza, sage-femme à l’hôpital Delafontaine. En France, les données nationales évaluent à 60000 le nombre de victimes de ces mutilations sexuelles. Une pratique que la loi assimile à un crime dans notre pays depuis 1982. « On estime que 90% des femmes maliennes sont excisées, 40% des Sénégalaises et 97% des Egyptiennes », explique le docteur Emmanuelle Piet, responsable de la planification familiale au conseil général du 93 … //

… (le texte en entier).

Liens:

COMMUNIQUE DE PRESSE: 340 communautés doivent encore s’engager pour un abandon national de l’excision au Sénégal;

Journée internationale de lutte contre l’excision: Plus de 500 villages du Mali abandonnent la pratique de l’excision;

Il faut un dialogue franc sur l’excision;

La mutilation génitale et l’excision ont considérablement regressé au Togo;

Excision: bientôt un projet de loi pour renforcer les sanctions;

Tolérance zéro pour l’excision;

Au Kenya, les hommes contre les mutilations génitales féminines, dans Les Nouvelles / News, le 7 février 2013: Dans le pays, la pratique régresse, grâce à la loi mais aussi l’engagement – même s’il est parfois intéressé – de plus en plus important des hommes;

L’excision: La pratique résiste au temps, dans MALI actualités;

L’excision et autres mutilations sexuelles dans Terriennes, 3.53 min, le 5 février 2013;

Mutilations génitales féminines : 13 filles excisées à Watinoma dans la Sissili, cinq personnes aux arrêts;

Tolérance zéro aux mutilations génitales féminines: La 10e journée internationale célébrée hier;

Mutilations génitales féminines au Cameroun
;

Halte à l’excision;

Débat: Stop aux mutilations génitales féminines;

La mutilation génitale féminine MGF : Questions et réponses;

Djibouti compte éradiquer l’excision dans toutes ses formes
;

Mutilations génitales féminines: A éradiquer à tout prix;

Clôture de la rencontre sur le thème des mutilations génitales féminines au Palais Farnèse
.

Comments are closed.